Les résidents

Les membres du collectif

Photographe, ébéniste, costumière, peintre, sculpteur, sellier-maroquinier, organisateur de spectacles… tout un monde d’arts dans un lieu magique

 

RÉSIDENTS PERMANENTS

Alexis – Sellier-Maroquinier

Sellier-maroquinier, Alexis a appris et expérimenté son métier au sein de la maison Hermès.

Il a enrichit son savoir-faire auprès de maîtres artisans dans le domaine de la confection et de la restauration. En parallèle, il expérimente différentes techniques et  expressions du cuir, au travers d’objets utilitaires ou non.

 

Catherine Charpentier – Ébéniste d’art

 Architecte de formation, passionnée d’ébénisterie, Catherine Charpentier a suivi une formation de 3 ans à l’Ecole Boulle de Paris où elle a découvert, entre autres techniques, la découpe du placage au laser. Elle a alors décidé de développer son activité d’ébéniste d’art en utilisant cette nouvelle technique à fort potentiel créatif : découpe très rapide et parfaite de motifs décoratifs très fins, offrant une palette infinie de décors pour ses meubles. Sa réflexion créatrice s’appuie sur la stimulante équation : esthétique-fonctionnalité-technique.

Œuvres personnelles, commandes sur mesure, copies de carreaux de ciment « belle époque » (inventés à Viviers) en marqueterie… : sa curiosité et son imagination n’ont pas de limites.

 

Anaïs Clarté – Costumière
 Anaïs Clarté
© Anaïs Clarté

Après une halte aux Beaux-arts d’Avignon en section conservation-restauration de textiles, Anaïs Clarté s’est tournée vers la création de costumes. Elle travaille principalement pour le spectacle vivant, notamment le cirque et les arts de la rue. Ce double cursus lui permet d’appréhender le costume dans sa globalité, de sa conception à sa conservation, en passant par la fabrication.

Dans son atelier, elle cherche de nouvelles formes, expérimente de nouvelles matières, fabrique et explore l’immense champ de possibilités qu’est la couture, du plus historique au plus contemporain.

 

Justyna Jędrzejewska – Céramiste et graveuse
© Justyna Jędrzejewska

Céramiste et graveuse, Justyna Jędrzejewska est arrivée en France en 2000. Son parcours et son travail commence par le dessin. Gravures en taille douce (aquatinte, aquaforte, pointe sèche) et en bois sont inspirées par ses dessins et croquis. C’est le corps qui est au centre de ses inspirations.

Dans les creux de bols, tasses, saladiers en porcelaine et en grès en retrouve aussi des corps, des visages, ainsi que des textes. L’autre inspiration pour la décoration des bols c’est la nature, des feuilles imprimées sur des parois. La recherche des émaux s’ajoute à la finition des ses objets utilitaires.

 

Le Machin à Coudre – Organisation de spectacles sous chapiteaux

Créée en août 2008 sur les cendres encore chaudes des chapiteaux Latcho Drom, cette association a pour objet l’organisation d’événements festifs et culturels, la gestion et la diffusion de chapiteaux en France et à l’étranger.

Le Machin à Coudre dispose de deux chapiteaux de cirque, un de 250 m2 (300 places debout) et un de 500 m2, et de tout un parc de matériel : projecteurs, scène, structure lumière, matériel de distribution électrique, chauffage à air pulsé et bar.

Les membres de cette association sont tous professionnels du spectacle vivant.

 

Godefroy Luong – Sculpteur

Godefroy LuongArrivé début 2016 au château de Verchaüs, Godefroy Luong cherche à y affirmer un style, ébauché durant son passage aux Beaux-Arts de Paris. Une quête qu’il entreprend aujourd’hui à travers le corps humain, persuadé que tout peut s’exprimer grâce à lui.

Ce qui le caractérise : Absence des yeux, car les yeux « ont trop vu », dit-il. Nudité des corps, que seule la masse des cheveux a le droit d’habiller ou de déshabiller. Son fil d’Ariane : tenter de capter une chose unique, vivante, pour la donner à voir dans le mouvement immobile de l’objet.

 

CATHERINE LEBAILLY – Caly – Sculpteur

Née en Belgique en 1968, bijoutière à ses débuts puis sculpteur. Loin du regard sombre de certains artistes, elle se fait remarquer par des sculptures de foules, de familles, de bambins qui respirent la joie de vivre, le bonheur, la simplicité, en évitant toujours le piège de la niaiserie.

Ses œuvres d’une spontanéité remarquable respirent la tranquillité, l’humour et l’espoir. Ce n’est pas par manque d’originalité qu’elle n’utilise que la terre, la pierre, le bois et le métal, mais parce qu’elle trouve son épanouissement dans le travail des matériaux nobles. Cela lui vient peut-être de ses années passées à manier l’or et les pierres précieuses.

 

RÊVERIES MOBILES – Spectacle vivant

Théâtre sensoriel pour le jeune public. La compagnie Rêveries Mobiles est née en 2010 à Lyon sous l’impulsion de Clarisse TOULAN. C’est à l’issue d’ études théâtrales et d’un voyage en Asie où elle s’est formée aux formes traditionnelles du théâtre d’ombre notamment auprès de Maître Ramachandra Pulavar dans le Kerala (Inde), qu’elle fonde la compagnie et crée un premier projet singulier avec Benjamin Gibert et Louise Didon.

En entreprenant la création du bateau, la compagnie s’inscrit dans la voie d’un théâtre jeune public synesthésique où s’articulent formes animées, arts visuels, musique et odeurs autour d’une certaine « poétique des sens » qui interpellent la réception et l’imaginaire du jeune public. Depuis 2012,  le spectacle le bateau continue de voyager sur le réseau jeune public et compte déjà plus de 300 escales publiques. Parallèlement la Cie propose des ateliers pédagogiques et développe un nouveau projet intitulé Jouons ! et porté par Louise Didon.

 

GéralD gebelin – photographe

Après une première expérience de vie en tant qu’ingénieur, Gerald s’est tourné vers les domaines artistiques notamment la photographie, l’écriture et le cinéma.

Voyage, lumière comme matériaux principaux. Il s’intéresse aux rapports humains, aux utopies et à la transformation comme moteur du vivant.

 

Rico priet -luthier

Imago Guitare est une vision de la lutherie par Rico Priet. Après plus de dix ans à fabriquer des modèles alliant tournage sur bois, sculpture et recherches acoustiques, sa démarche créative s’oriente vers des instruments ergonomiques et minimalistes.

L’expressivité musicale, l’acoustique et la fonctionnalité sont l’objectif de l’artisan.  Les bois locaux sont rois dans l’atelier : noyer, poirier, épicéa, cèdre, merisier, cormier, alisier, châtaignier, érable ondé… Ces essences issues de nos forêts servent à fabriquer les guitares, les ukulélés, les basses et les créations originales dessinées par le luthier, des musiciennes et musiciens, ainsi que des artistes et des designers. Le choix de privilégier des finitions aux huiles dures bio parachève la réflexion globale de Rico et assure un rendu sonore bluffant les meilleures oreilles.

 
Emilie Castanier – vitrailliste

Après une dizaine d’années de travail dans la communication Emilie Castanier a décidé en 2016 de se reconvertir dans un métier artisanal de passion : le vitrail. C’est ainsi qu’est né l’atelier L’âme et les ailes, après une formation dans un atelier Lyonnais.

Son cœur de métier est la création de vitraux sur mesure, pour faire entrer la couleur et la lumière dans les intérieurs. Elle réalise également de petits formats à suspendre (suncatcher), des vitraux partiels à poser contre la vitre existante ou encore des objets de décoration comme les miroirs ou luminaires. Enfin, cette matière changeante qu’est le verre coloré se prête à ses fantaisies pour la création de bijoux uniques.

 

ANSELME GIFFARD – MALAKE – bijoutier d’art

 

 

 

 

 
coline casse – peintre

 

 

 

 

 

 


 

RÉSIDENTS TEMPORAIRES
Henri Pol – Photographe
© Henri Pol

Henri Pol est déclaré artiste photographe depuis 10 ans. Son travail photographique va vers l’approche et les rencontres.

Il a publié « Poste Restante » en 2011. Plusieurs de ses projets personnels ont donné lieu à des expositions en métropole (Paris, Lyon, Chartres, Valence). Henri Pol est membre et président du collectif de photographes ŒIL DE TERRES (association loi 1901).

Mireille Merem/Cluzet – artiste/plasticienne

Née en 1950 à Paris, diplômée des Beaux Arts de Lille/ Calais et de l’université Paris 1 Sorbonne ( agrégation d’arts plastiques). 

Elle poursuit une recherche artistique qui s’articule selon des processus sensibles le plus souvent en lien avec des références littéraires et avec l’histoire de l’art. Dans ses recherches,qu’elle aime développer en rhizome, de multiples médiums sont éprouvés pour leurs valeurs internes reliées au projet, et au questionnement qu’il induit. Installation, vidéo, photographie, objet, céramique, peinture, dessin….