Influences Japonaises

Le Japon fascine l’Occident, que ce soit par sa cuisine, son thé, ses bandes dessinées, ses samouraïs, ses kimonos…. Des artistes occidentaux ont aussi été grandement influencées par les arts du Japon, ici le rapport à la danse Butö (Sonia Schott), là les procédés de la céramique (Véronique Bader et Béatrice Deballe). Elles nous proposent chacune avec  leur sensibilité, des œuvres d’inspiration japonaise.

Véronique BADER

 » Céramiste depuis 20 ans. J’ai commencé par être initiée par des artisans céramistes issus d’univers variés, potiers traditionnels, artistes. En parallèle, j’ai suivi des cours et des stages à l’Institut Européen des Arts Céramiques de Guebwiller. J’ai participé à 3 stages d’une semaine à Banon avec le céramiste Camille Virot. J’organise régulièrement des cuissons « raku » avec des groupes de stagiaires, j’en pratique également avec d’autres céramistes et en travail personnel pour des recherches sur les textures et les formes, et sur les émaux.
J’enseigne depuis quelques années les techniques du modelage aux enfants et encadre des groupes d’adultes dans leur propre recherche. J’ai exercé en institution avec une approche s’apparentant à de l’art thérapie. Je me forme depuis 5 ans en sculpture. J’avance au gré des découvertes, recherches, rencontres céramiques, voyages. »

Pour en savoir plus sur Véronique BADER

Béatrice Déballe

 » C’est par la photographie que je suis entrée dans le monde de l’art. Pendant des années, mon appareil photo était mon 3ème œil, curieux, il m’apprenait à découvrir le monde qui m’entourait. En emménageant à Nancy, j’ai suivi les cours de Franck HOMMAGE pendant plusieurs années à l’école des Beaux-Arts. Mes heures de loisirs étaient consacrées à l’apprentissage du dessin et des techniques picturales, aux cours d’histoire de l’art, aux visites d’exposition. J’ai poursuivi par des cours de peinture à l’huile d’après modèles nus. Ces séances m’ont éveillée sur la représentation du réel. Je me suis tournée vers la gravure préférant approfondir les techniques de dessin. Le parallèle avec la peinture m’a d’abord fait préféré l’eau-forte. Toutefois, au fil du temps, et au contact de mon maître à graver parisien, Joël ROCHE, je me suis spécialisée dans les techniques sèches (pointe sèche, burin, manière noire). La gravure, par son procédé de reproduction permet au dessin d’être valorisé et d’exister … il raconte une histoire, il crée un univers. Lors de mes expositions, j’ai découvert le monde des céramistes. A leurs côtés, depuis les stands voisins, je les ai écouté parler de leur travail de la terre. Petit à petit, j’ai voulu pénétrer dans cet univers, comprendre le processus de fabrication, Et aussi sentir le contact de la terre, la façonner, créer des objets qui me seraient utiles dans mon quotidien (bols, assiettes, plats). Avec les arts plastiques, j’ai exploré les possibles. Avec les arts appliqués, j’ai trouvé le moyen de m’exprimer en faisant entrer l’art dans ma vie. »

Pour en savoir plus sur Béatrice Déballe

Sonia SCHOTT

 » Passionnée par le portrait pour ce qu’il amène de présence et d’émotion en place du vide initial de la toile, j’aime à le décliner sur différents supports et avec diverses techniques. Pour participer à cette exposition sur le Japon, j’ai choisi , entre autre, de partir de documents sur la danse Butô  que j’avais découverte il y a 20 ans alors que je travaillais le Nu. Ces expressions  » à cru  » de notre condition d’ humains me touchent et renvoient à mes choix de vie tant intimes que professionnels (travaillant dans le soin en psychiatrie depuis 37 ans). Ayant peu de temps pour pratiquer la peinture comme la sculpture, j’y reviens toutefois régulièrement pour l’équilibre qu’ils m’apportent.  »

Pour en savoir plus sur Sonia Schott

Henri Pol, AVANT SAISON (baie de Somme)

Henri Pol, résident temporaire du Collectif du Château de Verchaüs expose une série de photographie en lien avec l’exposition Marielle Rimard, d’une rive à l’autre.

Henri Pol nous propose une déambulation en baie de Somme entre les cabines de plages en « AVANT SAISON ».

Cabine de plage

«  Depuis longtemps je voulais voir la lumière de la Baie de Somme et un objet qui m’interpelle sur ces plages: la cabine de plage… si rares en Ardèche où je vis…..! Voici quelques images de cabines de plages qui se préparent à la belle saison sous des ciels de mai….du Tréport à St Valéry en Somme.. Des clins d’œil au passage…. » Henri Pol

Plus d’informations

Marielle Rimard, d’une rive à l’autre

L’ exposition Marielle Rimard, d’une rive à l’autre  sera présentée tout l’été au Château de Verchaüs à Viviers.

Ouverture du jeudi au dimanche de 13h à 18h, entrée libre. Les résidents du collectif (permanents et temporaires) exposent également leurs œuvres.

Marielle RIMARD, d’une rive à l’autre

« D’une rive à l’autre, long est le chemin de l’océan aux Monts d’Ardèche.

Vivant sur une île, les atmosphères maritimes étant mon quotidien, j’ai voulu apporter un peu d’air salin dans les rudes paysages ardéchois. Je ne suis pas un peintre de chevalet. Pour moi, la matière et la lumière sont mes premiers moyens d’expression, les couleurs ensuite s’imposent : terres et ciels, bleus gris et parfois l’explosion d’un feu.

J’aime toucher, caresser la toile recouverte d’enduits, de collages, strates de peintures. Puis là balayer de glacis successifs jusqu’à redécouvrir le dessin esquissé, comme laisse l’empreinte du temps sur les souvenirs. Peintures rupestres, usure de matières, vieux murs sont prétextes à la création. L’ajout de petits matériaux, patinés, usés comme les métaux rouillés, les vieux tissus, textes anciens et bois flottés, sont prétexte au travail de la matière et de la lumière très important pour moi.

Plutôt qu’imposer ma vision d’artiste. Je souhaite avant tout que le regard du spectateur s’évade dans mes toiles, que la signification de mes œuvres soit dans l’œil de celui qui regarde. » Marielle RIMARD

Pour en savoir plus sur Marielle RIMARD